iTest App

Test de produits high-tech & d'applications mobiles

La Cabane dans les bois
Culture Geek

La Cabane dans les bois

Cinq adolescents ordinaires partent passer un week-end en camping-car, prévoyant de loger dans une vieille cabane abandonnée dans la forêt, qu’ils ont loué pour l’occasion. A croire qu’ils n’ont jamais vu de films d’horreurs, car en plus de choisir un lieu idéal pour y finir dramatiquement leur courte existence, ils sont tous de véritables archétypes du genre. Entre Curt le quaterback, Dana le fumeur d’herbe, Holden l’intellectuel du groupe, Dana la fille effacée ou Jules la blonde sexy, notre quintette semble tout droit sortie d’un classique du cinéma d’épouvante.

Et ce qui doit arriver arrive bien sûr. Pratchett appelait ça la causalité romanesque. Rapidement, le week-end de vacances tourne au véritable cauchemar alors que des créatures mal identifiées attaquent le groupe de toutes parts. Mais cela, vous l’aviez déjà vu venir.

Vous allez me dire, c’est un peu simple, et ça sent même le réchauffé. Erreur. Rien n’est aussi simple qu’il n’y parait. Car derrière la cabane se cache un fabuleux dispositif contrôlé par Sitterson et Hadley, deux techniciens qui orchestrent cette mise en scène macabre d’un œil laconique. Pourquoi ? Comment ? Aucune réponse pour l’instant, mais ce qui est sûr, c’est que les apparences sont parfois trompeuses, et que ces bois semblent recéler des mystères plus complexes (du moins pour le spectateur) qu’il n’y paraissait au premier abord…

En quelques mots

En jouant le jeu de la mise en abyme, Joss Whedon (Buffy contre les vampires, The Avengers, …) et Drew Goddard (Cloverfield) tentent de sortir du schéma classique du film d’horreur pour surprendre le spectateur et le faire réfléchir à son propre rôle en inversant les archétypes. Une idée qui pourrait payer, même s’il est dommage que s’y soit déjà essayé, il y a quelques années, un certain Cube Zero . Avec des références flagrantes comme Evil Dead et Scream, ce nouveau film fera-t-il mieux ? C’est loin d’être gagné, mais je veux bien laisser encore un moment le bénéfice du doute aux auteurs.

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *