iTest App

Test de produits high-tech & d'applications mobiles

Blanche Neige Bande dessinée
Culture Geek

Blanche Neige Bande dessinée

Il y a très longtemps, dans le royaume des neiges éternelles

Poussé dans la tombe par une reine intrigante, le vieux Roi est mort. Pour lui succéder il ne laisse que Blanche-Neige, une pucelle bien trop jeune pour prendre la couronne. C’est donc sa belle-mère qui hérite de la royale position, désignée par le Miroir magique comme légitime souveraine.

Sept ans passent, où le Royaume se transforme en cloaque miséreux sous la main de fer de l’illégitime souveraine. Blanche Neige a grandi. Bientôt, le Miroir la désignera comme Reine, et l’actuelle maîtresse du pays n’en veut point. Pour écarter l’importune, elle dépêche son bras droit, le Chasseur, un ancien condamné dont elle racheta les fautes contre une obéissance aveugle.

Mais le Chasseur va céder aux charmes de la beauté et à la jeunesse. Il va laisser Blanche-Neige s’enfuir. Mais ses pas la portent à son insu vers les terres des Nains. Cannibale, meurtrier, tous craignent le petit peuple. Mais dans son giron, Blanche Neige va trouver un refuge où demeurer, jusqu’à, un jour, reprendre son trône légitime à celle qui lui a ravi…

Oubliez Disney, Blanche Neige a pris des formes !

Avec la sortie prochaine du film Blanche Neige et le Chasseur et pas moins de deux reprises en séries TV des célèbres contes de fées (Grimm, Once Upon a Time), la mode est décidemment à la réinterprétation des classiques. Immortalisée par Disney, Blanche Neige s’offre donc le luxe d’une double actualité, ciné et BD, bien plus matures que la donzelle des souvenirs de notre enfance.

Sorcière tout autant que sa belle-mère, cette Blanche Neige maraude en compagnie de nains cannibales, dompte les loups qui la menacent, et embrasse à pleine bouche son prince chevalier. Rompant totalement avec l’héritage un peu mièvre que Walt Disney a légué, voilà déjà soixante-quinze ans, au personnage, Maxe L’Hermenier nous offre comme décor un remake des univers d’héroic-fantasy et comme héroïne une jeune femme pulpeuse et bien vivante.

Et honnêtement, ça fait du bien ! A la manière de Pelisse, cette Blanche Neige nous change agréablement de l’archétype de l’héroïne potiche, trop bête pour prendre les armes ou dialoguer autrement qu’en exhibant sa poitrine, forcément généreuse.

Au dessin, le collectif La Cour des Miracles, sous la direction de Looki (Nocturnes Rouges, la Geste des Chevaliers Dragons), parvient à rendre une ambiance à la fois électrique et emplie d’une magie mystique. On croit par moment retrouver i>Princesse Mononoke, on s’immerge dans un siège médiéval, on imagine pouvoir surprendre un troll à l’ombre d’une chênaie en s’enfonçant en territoire nain…

Si vous ne l’aviez pas compris, cette Blanche Neige n’est pas pour les enfants. Ceux que la jouvencelle fera rêver par contre, c’est plus vraisemblablement leurs parents. Une superbe réinterprétation du conte qui ravira tous les amateurs de fantasy.

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *